Pourquoi les personnes souffrant d’un glaucome doivent-elles être suivies plus fréquemment ?

Publié le : 04 juillet 20224 mins de lecture

Le glaucome, une maladie chronique de l’œil, peut engendrer une véritable déficience visuelle en diminuant peu à peu le champ visuel s’il n’est pas traité convenablement. Mais pourquoi les personnes souffrant d’un glaucome doivent-elles être suivies plus fréquemment ?

Qu’est-ce que le glaucome ?

Il s’agit d’une maladie chronique caractérisée généralement par des lésions au niveau du nerf optique. Ce dernier se trouve à l’arrière de l’œil, plus précisément au niveau de la rétine. Il sert à transporter les images visuelles jusqu’au cerveau. Avec le glaucome, le nerf est abîmé au niveau de ses terminaisons nerveuses qui le relient à la rétine, et perd peu à peu ses fibres. L’ignorance du traitement du glaucome peut entrainer une atteinte progressive et fatale du champ de vision. La vision commence à disparaître petit à petit sur les deux côtés. En cas de progression des lésions, la vision centrale peut également être endommagée et entraîne une cécité.

Les différentes formes de glaucome

Il existe généralement deux formes fréquentes de glaucome chez les personnes âgées plus de 40 ans, à savoir : le glaucome chronique à angle ouvert et à angle fermé. La première forme affecte le 90 % des cas. Les yeux sont endommagés simultanément. L’hypertonie oculaire ou l’augmentation de la pression intra-oculaire est avérée le facteur majeur de risque pour l’apparition et la progression de cette maladie chronique. Quant au glaucome à angle fermé, ce cas est un peu plus rare. Il se caractérise par la rétraction de l’angle irido-cornéen qui empêche la production de l’humeur aqueuse dans le trabéculum. Cette forme peut entrainer une évolution rapide vers la perte de vison grâce à une forte pression intra-oculaire due au glaucome.

Pourquoi les personnes souffrant d’un glaucome doivent-elles être suivies plus fréquemment ?

Le glaucome est diagnostiqué tardivement dans la plupart de cas. Cette maladie chronique insidieuse et indolore, avec une altération lente de la vision, ne provoque aucune gêne perceptible. L’évolution d’un glaucome est lente. Le diagnostic de cette maladie se fait chez un ophtalmologue. Après un examen, une personne souffrant d’un glaucome doit suivre un traitement en fonction du type de sa maladie chronique oculaire. Certaines personnes sont très sensibles à la progression d’un glaucome, tandis que d’autres possèdent une prédisposition génétique multifactorielle qui favorise le développement précoce d’un glaucome chronique. Il est donc indispensable de miser sur le traitement et les suivies d’un spécialiste, pour les personnes souffrant cette maladie chronique, pour éviter la perte de vue.

Plan du site